Hello World! laforet-loiretcher.com

Vous pouvez tirer profit de ce post développant le thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il est produit par la rédaction de laforet-loiretcher.com. Le site laforet-loiretcher.com est fait afin de créer différents articles sur le thème Agence immobilière Loir-et-Cher diffusées sur internet. Ce texte a été rendu de la façon la plus authentique qui soit. Si jamais vous avez envie d’apporter quelques explications autour du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher » vous pouvez solliciter notre équipe. Il y a de prévu divers articles autour du sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » dans quelques jours, nous vous incitons à visiter notre site aussi souvent que vous le pouvez.

Déclaration des biens immobiliers : faut-il indiquer le nom de son locataire

La date limite approche… Les propriétaires immobiliers ont jusqu’au 31 juillet inclus pour compléter la déclaration d’état d’occupation de leur bien immobilier. Une nouveauté déclarative qui suscite bien des inquiétudes chez les propriétaires. En témoignent les milliers de questions reçues ces dernières semaines par les agents des finances publiques, débordés par le phénomène. Nombre de mètres carrés erronés, cave ou parking non rattaché au bien, mauvaise adresse… De nombreux cas problématiques remontent aux fonctionnaires de Bercy.

Malgré les potentielles erreurs liées à la description de leur logement, les propriétaires sont tenus de remplir leur déclaration dans leur espace personnel sur impots.gouv.fr. Par ailleurs, même si la Direction générale des finances publiques (DGFiP) a annoncé qu’elle ferait preuve de clémence cette année, une amende de 150 euros par bien non déclaré est prévue par le Code général des impôts (CGI).

À LIRE AUSSI Déclaration des biens immobiliers : que faire si l’administration fiscale ne répond pas ?

Indiquer le nom du locataire

Publicité

Publicité

Dans la situation où un propriétaire immobilier loue un logement, il doit nécessairement mentionner le nom de son locataire dans sa déclaration de biens immobiliers. Dans le détail, l’administration fiscale souhaite connaître le nom et le prénom du locataire, sa date et lieu de naissance, ainsi que la date d’entrée dans le logement. Précision importante : seules les personnes figurant officiellement sur le bail de location doivent être indiquées par le propriétaire du logement dans la déclaration.

Pour rappel, dans le cas où la gestion locative du bien est effectuée par une agence, il revient au propriétaire de compléter lui-même sa déclaration de biens immobiliers. Il va de soi que l’agence immobilière doit alors fournir à son client l’ensemble des informations nécessaires concernant le locataire de son logement (identité, sa date d’entrée de le bien, etc.).

Recevez nos dernières news Chaque semaine, les articles phares pour accompagner vos finances personnelles.

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.

Loir-et-Cher

#Violence conjugale

« Je me déteste » : les auteurs de violences conjugales face à eux-mêmes

Huit hommes condamnés pour des violences conjugales ont suivi l’un des stages de lutte contre les violences conjugales, en juin 2023, à Blois. Trois jours pour casser les préjugés, mais surtout, pour se confronter à leur propre violence.

le 23/07/2023

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.

Immobilier Marché de la location : les autorités veulent éviter les dérives pendant les JO

Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici.

Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.

Immobilier : les pistes tranchées de députés pour tailler dans les dépenses publiques liées au logement

C’était il y a quasiment un an, jour pour jour. Lors des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence 2022, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique Bruno Le Maire assignait au député (Renaissance) Daniel Labaronne de réfléchir à une baisse des dépenses publiques en vue du projet de loi de finances 2023. Mais ce représentant de la deuxième circonscription d’Indre-et-Loire ne s’est pas arrêté à cette mission. Il vient -avec son collègue (Liot) Charles de Courson, élu de la cinquième circonscription de la Marne- de présenter, en commission des Finances de l’Assemblée nationale, les conclusions de leur mission d’information sur les dépenses fiscales et budgétaires en faveur du logement et de l’accession à la propriété. Il s’agit, cette fois, de nourrir le budget 2024 qui arrivera, en Conseil des ministres puis au Parlement, fin septembre-début octobre.

Lire aussiBudget : le gouvernement veut inverser la courbe de la dépense publique

38 milliards d’euros de dépenses publiques en 2021 !

Au lendemain des déclarations du ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, actant la fin du Pinel et le recentrage du prêt à taux zéro (PTZ) dans le but de réaliser 2,3 milliards d’euros d’économie, et un mois et demi après la restitution des mesures gouvernementales en clôture du Conseil national de la refondation (CNR) lié au logement, les députés appellent à ne pas relâcher la chasse aux dépenses superflues. Pour rappel, plus de 38 milliards d’euros ont été dépensés en 2021, dont 23,6 d’ordre budgétaire – 85% de prestations sociales – et 13,7 d’ordre fiscal. Soit 1,3% du PIB !

« Efficience et efficacité doivent aujourd’hui être les maîtres-mots en matière de politique du logement », insiste Daniel Labaronne auprès de La Tribune, qui admet que le poids des prélèvements obligatoires sur le secteur est d’environ 90 milliards d’euros.

Pour objectiver tout cela, le député d’Indre-et-Loire et son collègue Charles de Courson proposent tant de fiabiliser les données comparatives internationales en matière de dépenses publiques et de prélèvements obligatoires que de faciliter l’accès en open data aux données statistiques et fiscales.

« Nous n’avons pas beaucoup de données complètes, fiables et harmonisées au niveau international. C’est la seule politique publique à 40 milliards d’euros qui soit si faiblement documentée et évaluée », assène l’élu Renaissance.

Remettre sur le marché les logements vacants

Dans le viseur : les taux réduits de TVA. « Nous ne savons pas si cela a un véritable effet… », pointe encore Daniel Labaronne. Et pour cause : sur les 37 millions de logements du pays, 30 millions sont des résidences principales, 3,5 des résidences secondaires et 3,5 des logements vacants.

« La politique du logement ne se réduit pas au logement neuf. En seize ans, le nombre de logements vacants a augmenté de 1 million. Il faut encourager une politique de réhabilitation dans les logements indignes et insalubres », enchaîne le parlementaire.

Avec le député marnais, il recommande donc de fixer dans la politique du logement l’objectif « prioritaire » la remise sur le marché immobilier des logements vacants en accession à la propriété ou à la location. « Si nous arrivons à en réhabiliter 10%, nous remettrons sur le marché 350.000 logements, soit un an de construction neuve », illustre Daniel Labaronne.

Pour y parvenir, le représentant d’Indre-et-Loire et Charles de Courson défendent une « pause réglementaire » ainsi que la suppression des conditions de ressources encadrant le prêt avance rénovation, ce prêt hypothécaire destiné aux ménages modestes remboursé lors de la revente du bien ou lors de la succession.

Donner davantage de pouvoir aux élus locaux

Ou encore de donner davantage de pouvoir aux élus locaux que ce soit pour leur transmettre des données pour estimer les besoins en matière de logement, ou même pour expérimenter un pouvoir de dérogation relatif aux dispositifs budgétaires et fiscaux. Autrement dit, de « territorialiser » des dispositifs comme les opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH) et les programmes d’intérêt général (PIG) « où il y a de l’argent pour les élus de terrain ».

« Quand j’étais vice-président chargé du Logement de la communauté de communes du Bléré Val de Cher, nous avons contractualisé, dans le cadre du plan local de l’habitat, une convention avec l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) pour repérer les logements indignes et vacants, cibler les aides et améliorer des logements qui n’étaient plus qualitatifs », illustre Daniel Labaronne.

L’effet « inflationniste » des APL

Plus explosif, le parlementaire s’interroge sur l’effet « inflationniste » des aides personnelles au logement (APL). S’il « ne néglige pas l’intérêt social », il se demande si « cela ne favorise pas une inflation des loyers ». Rien qu’en 2021, les APL ont coûté 15,7 milliards d’euros pour plus de 6 millions de bénéficiaires.

La baisse de 5 euros des APL décidée dès l’automne 2017 dans le cadre du budget 2018, ainsi que les autres réformes liées, ont certes permis d’économiser 3,756 milliards d’euros en 2022 – soit près d’un quart du montant versé en 2016 – mais elles ne sont pas conditionnées de la même manière selon les publics.

« Le fils de Bernard Arnault peut en bénéficier et ses parents continuer à profiter d’une demi-part fiscale ainsi qu’une déduction d’impôt jusqu’à 12.000 euros de pension alimentaire. Où est l’équité ? » s’interroge Daniel Labaronne.

S’il pressent qu’avec Charles de Courson, ils auront « tout le monde sur le dos », et estime que « ça ne passera jamais », il persiste et signe : « C’est un principe de justice sociale ! »

Le bail réel solidaire ou logement social ?

Autre piste : la révision à la hausse des plafonds de ressource pour développer le bail réel solidaire. Ces transactions immobilières sont deux fois moins onéreuses pour le client final puisque les coûts du foncier – le terrain – sont pris en charge pour moitié par un tiers, tandis que ceux du bâti – les murs – deviennent la propriété de l’acquéreur.

En réalité, il ne fait que reprendre les annonces de la Première ministre Élisabeth Borne qui, début juin, a appelé à « augmenter les plafonds pour qu’il y en ait plus » qui accèdent à la propriété.

Lire aussiImmobilier : Matignon dévoile son plan pour résoudre la crise du logement

Dans ce domaine du logement social, les députés d’Indre-et-Loire et de la Marne poussent également à la suppression de l’exonération de l’impôt sur les sociétés dont bénéficie le secteur sauf pour soutenir les bailleurs qui investissent le plus.

« Pour les offices HLM qui construisent, il faut leur redonner de l’incitation via un crédit d’impôt sur les sociétés », soutient Daniel Labaronne.

Quid du logement locatif intermédiaire ?

Pour favoriser l’accès à la location pour les classes moyennes, trop riches pour le parc social, trop pauvres pour le parc privé, le parlementaire reprend, cette fois, à son compte, la promesse du président Macron de « développer beaucoup plus de logements locatifs intermédiaires (LLI) ». Ces habitats neufs sont 15% inférieurs aux prix du marché et restent, actuellement, cantonnés aux zones tendues, là où la demande de logement est supérieure à l’offre.

Dans le sillage du chef de l’Etat, la locataire de Matignon avait fait savoir que le LLI serait ouvert à davantage de communes et au rachat de logements dans l’ancien pour les rénover. L’élu, lui, plaide pour un assouplissement du cadre réglementaire, notamment, en ouvrant son financement à l’épargne des particuliers.

« Aujourd’hui, à chaque logement locatif intermédiaire créé, il faut créer un logement social. Acceptons de ne plus faire cette compensation, car cela freine les autorisations », pointe Daniel Labaronne.

Pinel ou location longue meublée touristique ?

En revanche, comme l’exécutif, il refuse de remettre en cause la suppression au 31 décembre 2023 du dispositif Pinel. Il s’agit d’une baisse d’impôt qui bénéficie aux investisseurs immobiliers dans le parc locatif privé, à condition de louer leur bien a minima six ans et de respecter un plafond de loyer.

« Dieu merci, le gouvernement a indiqué que c’était fini ! Cela fait un an que je le dis », s’exclame le parlementaire.

Ultime suggestion : l’alignement des avantages fiscaux dont bénéficient la location longue meublée touristique de courte durée sur celle des meublés de longue durée. Il n’est ni le premier ni le dernier à s’en faire l’écho, sauf que pas plus tard que le 18 juillet, les ministères concernés ont repoussé, à septembre, cette décision…

Lire aussiMeublés touristiques : le gouvernement temporise (encore) sur la fiscalité

Toujours est-il que Daniel Labaronne et Charles de Courson rédigent déjà des amendements « transpartisans » en vue de l’adoption du projet de loi de finances 2024 fin septembre-début octobre.

César Armand

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.

Immobilier Pourquoi l’immobilier de luxe se porte bien

Face à l’inflation (4,5 % sur un an en juin, selon l’Insee), la guerre en Ukraine et la hausse des taux de crédit, l’immobilier de prestige reste toujours aussi dynamique. Les prix des biens de luxe augmentent fortement, bien loin de la légère hausse du marché traditionnel.

Zoom sur les territoires les plus prisés avec une étude * de Belles Demeures, portail internet spécialisé dans l’immobilier de prestige. 

7 395 € le m² en moyenne pour un bien de prestige

Les prix de ce segment de marché ont augmenté de manière significative, de + 7,9 % en juin, sur un an. Une tendance qui contraste avec le marché immobilier traditionnel, qui connaît une légère hausse de 0,9 % en moyenne selon Meilleurs Agents, spécialisé dans l’estimation immobilière en ligne.

Le prix moyen d’un bien de prestige en France atteint 7 395 € le m² en juin 2023, soit 75 % de plus que la moyenne des prix constatée sur le marché traditionnel (3 175 € le m²), d’après Belles Demeures.

« Plusieurs facteurs expliquent la résistance du marché immobilier de prestige. L’une des raisons principales est que ses acheteurs sont moins soumis aux contraintes du crédit et peuvent donc plus aisément donner corps à leurs envies, analyse Alexandra Verlhiac, économiste chez Belles Demeures. De plus, dans une conjoncture incertaine, l’immobilier demeure une valeur refuge, perçu comme un actif tangible offrant stabilité et préservation de la valeur à long terme. »

Paris : un m² à 20 331 € pour l’immobilier de luxe

Alors que le marché immobilier traditionnel parisien connaît une tendance baissière (- 5,2 % sur les prix en un an), le marché de l’immobilier de prestige fait figure d’exception. En effet, les appartements luxueux de la Capitale affichent les prix parmi les plus élevés du marché français, atteignant 20 331 € le m² (+ 1,5 %), soit plus du double du prix moyen de Lyon (10 081 € le m²).

Les arrondissements les plus onéreux se trouvent principalement sur la rive gauche de la Seine. Le VIIe arrondissement arrive en tête avec un prix moyen de 26 446 € le m² dans le luxe, suivi du VIe arrondissement à 19 793 € le m² et du VIIIe arrondissement à 19 265 € le m².

« Soutenue par des taux d’intérêt plus bas qu’aux États-Unis et un taux de change favorable, la clientèle américaine achète dans des quartiers typiquement parisiens avec peu de négociations, souligne Sébastien Kuperfis, président du groupe immobilier Junot, spécialisé dans le marché immobilier parisien. Par exemple, nous avons vendu en une semaine un appartement de 68 m², avec des vues panoramiques sur tout Paris, à un Américain amoureux de Montmartre à 20 161 € le m². »

Même constat de la part de Sophie Berg-Mennesson, directrice des opérations de Daniel Féau, spécialisé dans l’immobilier haut de gamme et de luxe : « Au cours des dernières semaines, nous avons venu 21 biens parisiens entre 4 et 9,8 millions d’euros. L’appétence est toujours là pour les biens exceptionnels, en parfait état, avec des vues ou des espaces extérieurs. »

La Côte d’Azur et l’Atlantique conservent leur attrait

En dehors de l’Île-de-France, c’est sur la Côte d’Azur que se trouvent les appartements de haut standing les plus chers de France avec un prix moyen à 10 924 € le m², soit + 2,7 % en un an. Il dépasse ceux observés sur la côte Atlantique (9 257 le m²), laquelle présente également une évolution de prix plus modérée (+ 0,9 % en un an).

« Les acquéreurs à la recherche d’une résidence secondaire sur la Côte d’Azur sont de nationalité française, suisse, belge, et nous notons également l’arrivée de clients scandinaves, remarque Sophie Berg-Mennesson de Daniel Féau. De plus en plus de clients américains ou internationaux résidant à Monaco souhaitent acquérir un bien à Saint-Tropez. Les maisons avec vue sur la mer sont les plus recherchées, et ce marché présente actuellement moins d’offres que de demandes. » 

Les Alpes et la Provence tirent leur épingle du jeu

L’attrait de la destination montagne se confirme pour le marché de l’immobilier haut de gamme, répondant aux nouvelles aspirations post-pandémie. Les stations de ski des Alpes se distinguent particulièrement, enregistrant une augmentation des prix des chalets de 11,5 % en un an, pour atteindre 8 124 € le m² en moyenne.

La Provence continue d’attirer les acheteurs, avec une nette hausse des prix de 8,5 % en un an pour les maisons, à 7 523 € le m², surpassant même légèrement les tarifs de la Côte d’Azur pour ce type de bien (7 369 € le m² ; + 4,6 %). 

* L’étude repose sur l’analyse des biens en vente d’une valeur supérieure à un million d’euros, à l’exception de la ville de Paris où l’analyse est basée sur les 10 % des transactions les plus élevées

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.

Immobilier : combien faut-il gagner pour acheter un appartement de 80m² en Sarthe

Voir mon actu
Il faut gagner en moyenne plus de 50 000 euros bruts par an pour s'offrir un appartement de 80 m² dans la Marne
Il faut gagner en moyenne plus de 41 012 euros bruts par an pour s’offrir un appartement de 80 m² dans la Sarthe. ©Shisu Ka/AdobeStock

Quels revenus annuels devez-vous gagner pour vous acheter un appartement en France ? HelloSafe, comparateur de produits financiers, a publié début juillet 2023 une étude, département par département, sur le montant du salaire annuel brut moyen nécessaire à l’achat d’un appartement de 80m².

Si Paris est la ville et le département le plus cher, qu’en est-il en Sarthe ?

Un département moins cher que la moyenne nationale

Pour son baromètre, le site a uniquement pris en compte les département de la métropole. En moyenne, il faut toucher 56 978 € par an pour pouvoir acheter un appartement de 80 m². Il existe évidemment de profondes disparités (154  550 € dans les Hauts-de-Seine par exemple).

À lire aussi

Qu’en est-il en Sarthe ? Dans le département, un logement similaire est accessible avec un revenu annuel plus faible : il faut compter environ 41 012 euros pour devenir propriétaire. C’est encore moins cher dans d’autres départements.

Plus accessible au Mans que dans la plupart des grandes villes

HelloSafe a également établi un classement en prenant en compte les 49 plus grandes villes françaises. A l’image du département, Le Mans apparaît comme l’une des villes de France où le salaire nécessaire à l’achat d’un appartement de 80m² est le moins élevé (46e ville sur 49)

Quelle méthodologie employée ?

Pour établir ces données, le site prend en compte les prix au mètre carré de juin 2023 (tiré du site Meilleurs Agents) et se base sur l’hypothèse d’un crédit immobilier en France avec un taux d’intérêt sur 25 ans à 3,85 % et un taux d’endettement de 35 %.

Concrètement, il est possible d’acquérir un appartement de 80 mètres carrés au Mans avec un salaire brut annuel moyen de 39  649 €. Seules trois villes prises en compte dans le classement sont plus accessibles : Limoges, Mulhouse et Saint-Etienne.

À lire aussi

Et qu’en est-il dans les autres grandes villes des Pays de la Loire ? Sans surprise, c’est à Nantes que le revenu annuel nécessaire est le plus important pour devenir propriétaire d’un tel bien: 80  572 €. C’est 68  659 € à Angers (Maine-et-Loire).

Vidéos : en ce moment sur Actu

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.

Immobilier Logements neufs : quelles sont les communes de bord de mer les moins chères

Vous souhaitez préparer votre retraite au soleil ou investir en vue de louer à des vacanciers ? Les budgets pour acheter un logement neuf sur les bords de mer continuent d’augmenter ces dernières années.

L’immobilier neuf n’a jamais été aussi affaibli par le manque d’offre, ce qui entraîne pourtant des corrections de prix dans certaines destinations balnéaires. Le portail Trouver-un-logement-neuf.com nous révèle sur lesquelles miser. 

Côte d’Azur : forte baisse des prix à Saint-Raphaël

Malgré un programme neuf qui propose des 3 pièces à 815 000 €, la ville de Saint-Raphaël (Var) profite de la plus forte correction de prix avec – 19 % par rapport à juin 2022, soit 388 900 € pour un T3 en moyenne.

L’offre diminuant, les prix deviennent plus instables. Lorsqu’il s’agit d’un lancement de programme avec certains lots aux prestations premium, le prix moyen d’un logement neuf peut fluctuer.

À l’inverse, « la fin d’une opération haut de gamme peut entraîner une tendance fortement baissière. Ainsi, la combinaison de plusieurs de ces éléments peut contribuer à cet écart significatif d’évolution », souligne Trouver-un-logement-neuf.com.

De légères corrections de prix apparaissent également à Hyères (Var) et à Antibes (Alpes-Maritimes) avec – 3 %, soit respectivement 303 300 € et 442 300 € pour un T3 neuf.

Ouest de la France : visez Vannes ou Royan

Selon Trouver-un-logement-neuf.com, deux villes en Charente-Maritime affichent des prix à la baisse.

La Rochelle enregistre une légère baisse de 3 % sur un an pour repasser sous le seuil symbolique des 350 000 € pour un 3 pièces neuf en moyenne, tandis que Royan, avec des prix en baisse de 8 %, offre un tarif parmi les plus abordables, soit 317 600 € en moyenne pour un T3.

Aux Sables-d’Olonne (Vendée), un T3 neuf se vend 308 000 € (- 4 %). Il se vend encore moins cher à Vannes (Morbihan) où les prix ont fortement reculé de presque – 20 % offrant un prix moyen de 259 600 € pour un T3 neuf.

Mais il faut parcourir quelques kilomètres pour trouver les premières plages. 

Des opportunités malgré des prix en hausse

Pour les profils d’investisseurs par exemple, de belles opportunités existent avec des prix moyens autour des 300 000 € pour un T3 neuf, comme à Honfleur (Calvados) qui, malgré une progression des prix de + 13 %, affiche une étiquette moyenne de 275 000 € pour un T3.

À Istres (Bouches-du-Rhône), un T3 se vend à moins de 260 000 €, malgré une hausse des prix de 4 % en un an.

Quelles sont les villes touristiques les plus chères de France ?

Parmi les stations balnéaires ayant au moins trois programmes neufs en commercialisation, c’est Anglet (Pyrénées-Atlantiques) qui devient la ville touristique la plus chère de ce baromètre 2023, d’après le portail Trouver-un-logement-neuf.com, avec un prix moyen qui dépasse les 500 000 € pour un 3 pièces, soit + 29 % par rapport à juin 2022.

Si La Baule (Loire-Atlantique) retrouve le podium, Bormes-les-Mimosas (Var), où il faut compter en moyenne 472 000 € pour acquérir un T3 neuf, conserve sa troisième place avec des prix qui restent stables sur un an. Dinard (Ille-et-Vilaine) se trouve en sixième position de ce classement. La prestigieuse ville côtière de la Côte d’Emeraude en Bretagne affiche un prix moyen de 430 800 € pour un 3 pièces neuf (près de 15 % de hausse en un an).

Certaines localités, comme Saint-Tropez, Biarritz ou Le Touquet, sont absentes du baromètre de Trouver-un-logement-neuf.com, du fait d’une offre dans le neuf trop restreinte.

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.

Combien faut-il gagner pour acheter un 80m² à Tours et en Indre-et-Loire

Voir mon actu
L
Une étude menée par HelloSafe révèle le montant annuel nécessaire pour devenir propriétaire d’un 80m² (©Illustration – Pixabay)

Quels revenus annuels devez-vous gagner pour vous acheter un appartement de 80m² en France ? C’est sur cette question que le site spécialisé HelloSafe s’est penché en juin. Il a récemment publié un baromètre indiquant le salaire annuel nécessaire pour acquérir un bien dans chacun des 95 départements qui composent l’Hexagone. Voici les données récoltées dans l’Indre-et-Loire.

À lire aussi

Un département légèrement moins cher que la moyenne nationale 

Le baromètre d’HelloSafe indique qu’en France en 2023, il faut gagner en moyenne 56 835 € par an pour s’offrir un logement de 80m² dans l’Indre-et-Loire. Le département se classe à la 37e place, et se situe légèrement au-dessous de la moyenne nationale, estimée à 56 978 €

Le revenu nécessaire au niveau départemental est également inférieur au revenu nécessaire pour acquérir un 80m² à Tours, qui atteint 62 373 €. Un montant qui reste tout de même plus de trois fois inférieur à celui nécessaire pour être propriétaire à Paris et qui s’élève à 223 131 €

Les prix élevés observés dans des zones telles que l’Île-de-France (…) reflètent la forte demande et la rareté des biens disponibles en 2023. La demande de logements dans ces endroits est généralement soutenue par des facteurs tels que la proximité des centres d’affaires, des transports en commun, des attractions touristiques ou encore des paysages naturels attrayants.

Alexandre DesoutterPorte-parole chez HelloSafe France

La plateforme  a calculé ce montant en se basant sur un crédit immobilier avec un taux de 3,85% sur 25 ans, un taux d’endettement de 35%, et les prix immobiliers relevés au mois de juin 2023 de MeilleursAgents. 

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.

Combien faut-il gagner pour acheter un 80m² dans le Maine-et-Loire

Voir mon actu
La plateforme a calculé quels devaient être les revenus annuels pour être propriétaire dans le Maine-et-Loire.
La plateforme HelloSafe a calculé quels devaient être les revenus annuels pour être propriétaire dans le Maine-et-Loire. (©PxHere -illustration)

Quels revenus annuels devez-vous gagner pour vous acheter un appartement de 80m² en France ? C’est sur cette question que le site spécialisé HelloSafe s’est penché en juin. Il a récemment publié un baromètre indiquant le salaire annuel nécessaire pour acquérir un bien dans chacun des 95 départements qui composent l’Hexagone. Voici les données récoltées dans le Maine-et-Loire. 

À lire aussi

Un département plus cher que la moyenne nationale

Le baromètre d’HelloSafe indique qu’en France en 2023, il faut gagner en moyenne 63 385 € par an pour s’offrir un logement de 80m² dans le Maine-et-Loire. Le département se classe à la 49e place, et se situe au-dessus de la moyenne nationale, estimée à 56 978 €.

Il reste toutefois légèrement moins cher qu’Angers, où le salaire annuel doit atteindre 69 659 € pour être propriétaire, et plus de trois fois moins cher que Paris, ville dans laquelle un revenu de 223 131 € annuel est nécessaire pour être propriétaire.

Les prix élevés observés dans des zones telles que l’Île-de-France (…) reflètent la forte demande et la rareté des biens disponibles en 2023. La demande de logements dans ces endroits est généralement soutenue par des facteurs tels que la proximité des centres d’affaires, des transports en commun, des attractions touristiques ou encore des paysages naturels attrayants.

Alexandre DesoutterPorte-parole chez HelloSafe France

La plateforme a calculé ce montant en se basant sur un crédit immobilier avec un taux de 3,85% sur 25 ans, un taux d’endettement de 35%, et les prix immobiliers relevés au mois de juin 2023 de MeilleursAgents.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

L’objectif de laforet-loiretcher.com est de discuter autour de Agence immobilière Loir-et-Cher dans la transparence la plus générale en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur internet Cet article, qui traite du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher », vous est spécialement proposé par laforet-loiretcher.com. Cet écrit se veut réédité de la façon la plus fidèle qui soit. Il est possible d’utiliser les coordonnées inscrites sur notre site pour apporter des détails sur ce post parlant du thème « Agence immobilière Loir-et-Cher ». Il y a de prévu plusieurs articles sur le sujet « Agence immobilière Loir-et-Cher » sous peu, nous vous incitons à consulter notre site plusieurs fois.